Home Vita Tabs Opus Archive . . .  

Baden Powell de Aquino est né le 6 Aout 1937 à Varre-e-Sai. Il débute la guitare classique à l'age de sept ans. A 14 ans, il obtient le diplôme du conservatoire de Rio de Janeiro. A quinze ans, il est musicien professionnel, à vingt ans un compositeur reconnu. Deux personnages l'influencèrent musicalement: son père Lilo, ainsi que son professeur Jaime Florence. Les poètes Vinicius de Moraes et Paulo Cesar Pinheiro furent d'autres influences tout aussi notables. Avec ceux-ci, Baden composa ses plus célèbres chansons brésiliennes de cette période. Aujourd'hui ces chansons sont devenues des standards.

L'album "Tristeza on Guitar" fut un succès international de l'année 1966. En 1967 son concert au "Berliner Jazzstage" déclencha l'enthousiasme en Allemagne. Depuis ce jour le public allemand l'a toujours admiré et honoré. En 1970 le "Baden Powell Quartett" débuta une première tournée en Europe et au Japon qui fut couronnée de succès. Dans nombre de ses albums, on découvre un improvisateur, un expérimentateur qui sut ajouter des modulations baroques à sa synthèse personnelle de la samba et du jazz. Il enregistre durant cette période des albums de grande qualité, la fusion des cultures afro-brésiliennes et européennes.

Au milieu des années 70, il fut affecté par de sérieux problèmes de santé et ses apparitions en public et ses enregistrements se sont faits plus rares. En 1983, il s'installe avec femme et enfants à Baden-Baden ou il vécut retiré quelques années. Puis des apparitions en solo en Europe lui permettent alors de renouer avec le succès. De retour au Brésil, il enregistre l'album "Rio Das Valsas" en 1988, à l'atmosphère musicale si particulière, où son interprétation gagne en maturité. En outre, il forme musicalement ses deux fils Philippe-Baden et Marcel. En Mai 2000, il publie l'un de ses derniers disques "Lembrancas", qui constitue le testament d'un grand maitre de la guitare brésilienne.

Il est décedé le 26 Septembe 2000 à Rio de Janeiro.


Et un remerciement particulier à Jerome Outhier (France) pour sa traduction en franšais et les corrections apportées aux tablatures. Saravah, Jerome!